L’empire des sens

Publié par

Dans cet article, je vous révèle le grand secret pour réussir à atteindre vos objectifs. Tous vos objectifs ! Je veux parler de l’usage de vos sens. De vos 5 sens !

Pour commencer, une anecdote vécue dans une exposition de peinture :

« – C’est nul à c… !« 

L’injure me tira de ma rêverie.

Je crus avoir mal entendu. Je demandais au petit garçon blond assis à côté de moi :  » Nul à c… , tu as bien dit ça ?« 

Il ne me répondit pas. Inquiet de ma réaction, il s’était enfoui le visage dans les mains.

Mais l’adolescente rousse assise à côté de lui, sa grande sœur sans doute, se pencha sur moi avec un air mi-espiègle, mi-complice :

 » – Vous ne trouvez pas ?

 » – Ah ? Tu n’aimes pas ? lui demandai-je.

Non j’aime pas la peinture … Je préfère le dessin » me répondit-elle.

Je répliquais mollement :  » – Ah …  » en hochant la tête et en lui souriant sans poursuivre notre charmante conversation. Je venais d’être rattrapé par un souvenir d’enfance …

Ma femme avait absolument tenu à ce que nous allions voir cette rétrospective Albert Marquet au Musée d’art moderne de la ville de Paris. Et je prenais plaisir à contempler toutes ces étendues d’eau que le peintre s’est évertué à représenter tout au long de sa vie : la mer dans le port de Tanger, la mer dans le port de Hambourg, la Seine à toutes les saisons, des lacs, etc.

« Que d’eau ! Que d’eau ! «  pour paraphraser l’envolée lyrique du président Mac-Mahon lors de l’inondation de la Garonne de 1875.

Mais, comment faire partager mon bonheur à ces gosses ?

Leur dire de lire « On n’y voit rien » de Daniel Arasse ? Le passeur de peinture qui a tant fait pour l’éducation picturale des Français.

Ou bien le Gombrich sur “L’histoire de l’art” ?

Allons au plus simple. Apprenons à user de nos sens.

La PNL (Programmation Neuro-Linguistique) qui cherche à être au plus près de l’expérience humaine a un acronyme pour décrire l’usage de nos cinq sens : leVAKOG (Visuel – Auditif – Kinesthésique – Olfactif- Gustatif).

Elle en distingue deux types :

  • le VAKOG externe quand nos canaux sensoriels sont dirigés vers l’extérieur ;
  • le VAKOG interne quand notre acuité sensorielle est dirigée vers l’intérieur.

L’usage de nos sens dans une expo de peinture

Un tableau se regarde avec les yeux. Mais cette image fixe, rien ne nous interdit de l’animer en pensée. En faisant s’agiter les drapeaux multicolores suspendus aux mâts ou les feuilles des arbres.

Un tableau se regarde aussi avec les oreilles. En imaginant le clapotis de la Seine, le son produit par les vagues ou par les sirènes des bateaux qui se croisent dans le port de Hambourg, les chant des oiseaux et le bruit des insectes qui se cachent dans l’arbre de l’Île aux Cygnes.

Le toucher rentre également en jeu. On peut s’imaginer caresser la tête des « Deux amies nues » allongées sur le lit qui sont représentées dans le tableau à l’entrée de la rétrospective. Voire plus… Mais là, je m’égare.

L’odorat n’est pas en reste. Cette vue depuis sa fenêtre ouverte sur un jardin, que Marquet peint à la fin de sa vie, n’embaume-t-elle pas des parfums de l’été?

Quant aux nageurs de cette plage de Normandie, dont les têtes colorées émergent des flots, quelle sensation leur fait le goût du sel sur les lèvres ?

Soyons, enfin, à l’écoute de nos sensations internes. Que ressentons-nous après ces petits jeux sensoriels ? Quelles émotions s’emparent de nous ?

Rien ne nous oblige à utiliser nos sens de manière univoque. Le cerveau a des ressources d’imagination infinies. Utilisons les quand nous sommes face à une image figée pour l’animer en esprit.

Pierre Bouteiller, grand homme de radio, aimait à dire que la radio est supérieure à la télé car elle a supprimé l’image. En effet, ces mots que nous entendons dans le poste, nous pouvons les transformer en image, tout comme les images fixes peuvent se transformer en images animées dès lors que nous utilisons nos sens.

Fernando Pessoa a écrit un très court poème que je ne résiste pas à vous livrer tant il me paraît illustrer mon propos : « Je suis le gardeur de troupeau / Mon troupeau, ce sont mes pensées / Et mes pensées ne sont que sensations« .

Pensez au VAKOG interne quand vous regardez des peintures, vous ne les verrez plus jamais comme avant.

L’usage de nos sens en recherche d’emploi

Pensez également au VAKOG interne, chers candidats et chers porteurs de projet que j’accompagne ou qui me lisez, quand vous vous cherchez à réaliser vos désirs professionnels (ou personnels).

Projetez-vous dans vos projets, dans vos désirs, dans vos objectifs.

La PNL a imaginé une question pour vous y aider : « Comment saurez-vous que vous avez atteint ou allez atteindre votre objectif ? » Cette question vous invite à vous demander ce que vous verrez alors, les images qui vous viendront, soit réelles, soit imaginaires ; ce que vous entendrez, les sons, les bruits, les musiques associées à cet objectif ; ce que vous ressentirez en votre for intérieur, les mots que vous vous direz ; et pourquoi pas, les odeurs et le goût qui vous accompagneront.

Il s’agit là de l’une des 7 questions de la clarification de l’objectif, modèle de questionnement conçu par Grinder et Brandler, les inventeurs de la PNL, et que des milliers de coachs utilisent de par le monde. Je reviendrai sur ce modèle tant il m’aide dans ma pratique du conseil. Et tant, il peut vous aider dans la réalisation de vos projets.

Et vous ? Que voulez-vous ? Que désirez-vous ? Et comment saurez-vous que vous y êtes parvenu ? 

Alors ? Vous vous y voyez déjà ?!?

JC HERICHE, le 21 août 2016

(A suivre)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s