Mme Lee

Publié par

Vous ai-je déjà parlé de Mme Lee ?

Je passais ce matin devant le Franprix où j’ai l’habitude de faire mes courses.

J’ai tourné la tête pour voir si je l’apercevais.

Ah oui ! Il faut que je vous dise. Mme Lee y est caissière. Ou hôtesse de caisse, si vous préférez. Toujours apprêtée, maquillée, plus toute jeune mais la peau aussi lisse que si elle avait vingt ans. On dirait une poupée.

C’est une figure du magasin. Depuis 2 ans que j’y fais mes courses, elle est là, fidèle au poste. A de rares occasions, où elle a été absente, les choses n’ont pas été pareilles.

Parce qu’il faut que je vous dise. Mme Lee a une compétence rare. Elle sait accueillir les gens. 

Quand je passe devant sa caisse en entrant dans la supermarché, elle me regarde dans les yeux, me sourit et me salue.

Et elle fait cela, avec tous les clients, chaque fois qu’elle n’est pas occupée à faire les encaissements.

Mme Lee a une autre compétence rare. Elle sait établir la relation.

Quand je passe en caisse, elle prend des nouvelles de ma femme. Tout en scannant les produits, elle me demande si j’ai ma carte de fidélité. Je lui dis que non. Elle s’en offusque. « Mais enfin, Monsieur, vous perdez des points ». Je lui réponds que c’est pas bien grave. Elle monte les yeux au ciel en disant : « J’ai le même à la maison ». Je comprends qu’elle me parle de son mari, alors je lui dis  : « Oui, c’est universel. Et puis, je n’ai pas besoin de carte pour être fidèle ». Alors elle sourit et elle achève d’enregistrer mes provisions de la semaine.

Dernière compétence rare : Mme Lee a une véritable joie de vivre. Toujours de bonne humeur, elle sourit souvent ; et son sourire est vrai, naturel. Je crois qu’elle aime authentiquement les gens.

Je le vois à sa manière d’être avec ses petits collègues qui ont l’âge d’être ses enfants. Elle les rappelle à l’ordre et sait être ferme quand ils « feignassent » dans la réserve ou qu’ils discutent dans les rayons. Mais, elle le fait toujours avec tact et gentillesse.

Aussi avec les jeunes du quartier, qui ne sont pas des anges, mais qui filent droit devant elle et qui la respectent.

Je vais vous dire un secret. Je crois que Mme Lee aime son métier.

Cela m’a étonné au début. Comment peut-on aimer tenir une caisse ?

Je sais que je n’aimerais pas. Trop statique. Trop souvent debout. Trop physique aussi.

​Pensant à elle, je me suis rappelé un texte de Fernando Pessoa où il manifeste le même étonnement à propos du « cuisto » d’un troquet de Lisbonne où il avait ses habitudes. Il ne comprenait pas qu’il ne sorte jamais de sa cuisine et que cela lui convienne.

Il faudra, à l’occasion, que je retrouve le livre dans ma bibliothèque pour voir ce que le poète intranquille en disait.

En définitive, Mme Lee a une qualité dans le boulot. La plus appréciable de toutes : elle est PRO. Son professionnalisme se retrouve dans son sens de l’accueil, sa capacité à nouer un rapport humain avec ses clients et ses collègues et, last but not least, sa bonne humeur constante, sa réelle joie de vivre.

Rien à voir avec cette forme d’être que j’épinglais dans ce post : L’esprit de sérieux.

Qu’il me soit permis, ici, de remercier Mme Lee et toutes les Mmes Lee de la terre. C’est grâce à elles que ce monde, parfois, finit par être acceptable.

Jean-Christophe Hériche Paris, le 13 septembre 2016

(A suivre)

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s