Devenir un grand réseauteur ? C’est donneR à tout le monde !

Publié par

Le réseau est l’un des nombreux mots valises qui peuplent la recherche d’emploi. Tout le monde en parle, peu de gens comprenne réellement en quoi il consiste.

Il est d’ailleurs si mal connu et si incompris qu’il suscite chez beaucoup d’entre vous les plus grandes appréhensions.

Il est néanmoins incontournable :

  • si vous êtes sur un marché de l’emploi avec peu d’offres d’emploi, soit parce qu’il s’agit d’un micro-marché, soit parce qu’il s’agit d’un marché caché qui fonctionne par le bouche à oreilles.
  •  si vous recevez peu ou pas de réponse à vos candidatures parce que « trop jeune », « trop senior », « trop mère de famille », trop ceci ou trop cela.
  • si vous souhaitez entrer dans « THE » entreprise.  Celle qui vous fait rêver depuis toujours.
  • et bien entendu, si vous travaillez à votre compte et que vous recherchez des missions en free-lance.

Un chiffre pour vous convaincre de la nécessité d’intégrer une démarche réseau à votre recherche d’emploi : 30% des recrutements de cadres ont été effectués en 2015 via le réseau.

Ce chiffre vous le connaissez, peu ou prou.

Et vous avez pleinement conscience de la nécessité d’adopter une démarche réseau pour arriver à vos fins : vous faire embaucher.

La peur du réseau 

Mais la plupart d’entre vous, ne passez pas à l’acte !

Pourquoi ?

Parce qu’un spectre hante le réseau ! Une maladie terrible !

Je l’ai appelée : la peur du réseau !

Voici un échantillon de ce que j’entends au quotidien :

« J’ai peur de demander”,

“Je n’aime pas demander”, 

“J’ai peur d’être dans la manipulation”,

“ peur de faire la manche”,

« peur de me griller »,

« peur de ne pas savoir quoi dire”,

peur de perdre mon temps”

« peur de ne pas être à la hauteur »,

peur d’être malhonnête”, 

“peur de mal m’y prendre”, 

etc.

D’autres revendiquent bien haut leur « allergie » au réseau.

Tout juste, s’ils ne demandent pas un certificat médical pour être exemptés de démarche réseau !

Et même lorsque je vous enseigne le ba.ba du réseau, c’est à dire :

  •  A quoi il sert ? 
  • Qui en fait partie ?
  • Comment vous y prendre pour le construire, le développer, l’utiliser et l’entretenir ?

certains d’entre vous ne passez toujours pas à l’acte.

Savez-vous pourquoi ?

Le don / contre-don 

Parce que le réseau est et restera une chimère tant que vous n’aurez pas compris que son efficacité repose sur un IMPÉRATIF CATÉGORIQUE : le don / contre-don.

Qu’est-ce que le don / contre-don ?

C’est le fait qu’un don entraîne obligatoirement sa réciprocité.

Cette loi dite de la réciprocité existe depuis 10 000 ans que des groupes d’hommes se sont sédentarisés. En effet, ils ont dû faire face à la nécessité de s’entendre entre eux, de s’entraider, et ainsi créer du lien social et faire société.

On doit sa mise au jour à l’ethnologue français Marcel Mauss dans son ouvrage majeur « Essai sur le don », paru en 1924.

Dans son livre, l’ethnologue s’interroge longuement sur les raisons de la réciprocité dans le don.

Il en a tiré une triple obligation : l’obligation de donner – l’obligation de recevoir – l’obligation de rendre. 

Juste pour ceux que ce passage théorique fait bailler d’ennui, je voudrais vous dire, mais que ça reste entre nous, hein ? Le don / contre-don, c’est ni plus, ni moins ce que chante Enrico Macias :

 « Donnez, donnez, dodo-onnez,

Donnez, donnez moi,

Donnez, donnez, dodo-onnez,

Dieu vous le rendra… « 

« Dieu ou la nature », aurait pu ajouter Spinoza.

Concrètement, que représente cette « triple obligation » de Mauss dans la démarche réseau ?

  1. Elle oblige chaque réseauteur à donner aux autres. Donner quoi ? De l’information, des conseils, des contacts, du temps, du soutien, etc. Et sur un réseau social, des likes, des commentaires, des partages.
  2. Elle les oblige à accepter les dons d’information, de conseil, de contact, de temps, de soutien, de likes, de commentaires, de partages, etc. qu’on leur procure.
  3. Et enfin, elle les oblige à rendre ce qu’ils ont reçu, soit au donateur lui-même, soit à d’autres. Car, s’il y a réciprocité, elle n’est pas forcément exclusive. Ainsi, si Pierre donne à Paul. Celui-ci est tenu d’accepter mais il peut rendre à Pierre ou, tout aussi bien, à Jacques.

La dimension éthique du réseau 

Avec le don / contre-don, le réseau atteint une haute dimension éthique, puisqu’il met en jeu la plus belle des valeurs : la GÉNÉROSITÉ.

Malheureusement, cette dimension éthique du réseau échappe à beaucoup de candidats, et peut-être même à ceux qui les accompagnent.

C’est cette méconnaissance, à mon sens, qui explique in fine les réticences de ceux d’entre-vous qui avouez votre peur du réseau ou qui affichez votre allergie à la démarche réseau (qui sont en vérité les deux faces de la même pièce).

Alors que le réseau pourrait être un style de vie noble et vertueux dans lequel les individus trouveraient l’épanouissement qu’ils n’ont plus dans le travail, il est trop souvent réduit à ses fonctionnalités les plus immédiates et matérielles.

Alors que le réseau pourrait être un générateur de sens et d’utilité, il est appréhendé comme une corvée, à l’occasion efficace, mais toujours lassante et contraignante.

***

En définitive, il vous incombe de placer le don / contre-don au cœur de votre démarche réseau pour en découvrir le sens et y prendre du plaisir. 

En ayant en tête que le don / contre-don est un nom bien savant pour désigner cette chose toute simple et si belle qu’est la GÉNÉROSITÉ.

Marivaux, dans les jeux de l’amour et du hasard, fait dire à l’un de ses personnages : « Il faut être trop bon pour l’être assez« .

Le jour où vous aurez intériorisé cette phrase et que vous en aurez fait, au-delà de la citation, un mode de vie, je vous le dis mes amis des réseaux sociaux, vous serez devenus de grands réseauteurs.

De grands réseauteurs éthiques.

JC HERICHE, le 3 décembre 2016

(A suivre)

PS 1 : La GÉNÉROSITÉ est l’une des règles de la vie en réseau que je transmets aux apprentis réseauteurs. Elle n’est pas la seule. Il en est d’autres. Rassemblées, elles finissent par constituer l’éthique du réseau. Je n’ai pas la place de les évoquer ici. Je le ferai sans doute un jour dans un autre article ou dans un livre.

PS 2 : En attendant leurs parutions, je vous propose d’apprendre, dès à présent, à réussir vos demandes d’entretien réseau grâce à la méthode de l’APEROT.

PS 3 : Vos likes et commentaires me vont droit au cœur et m’encouragent à poursuivre. Et vos partages me donnent accès à toujours plus de lecteurs. Alors je vous dis : Merci a toutes et tous ! (qui est une autre règle de la vie en réseau : la GRATITUDE)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s